Faire du retour au travail un levier de réussite : les conseils de vakom beauvais (2/2)

28 juin 2021
vakom beauvais retour experience - 1

Nous vous en parlions dans notre précédent article, organiser un retour d’expérience peut se révéler un catalyseur de la progression collective. Pour qu’il se déroule au mieux, nous vous livrons aujourd’hui quelques clés essentielles !

Clé n°1 : Définir la finalité du retour d’expérience

Clarifiez la finalité au préalable : s’agit-il de partager les vécus de chacun ? De réaliser un bilan de la période écoulée ? De contribuer au redémarrage de l’activité dans les meilleures conditions possibles en faisant évoluer l’organisation ? De contribuer à l’élaboration d’un plan de continuité d’activité ?
En clarifiant l’objectif visé, vous vous donnerez ainsi les meilleures chances de l’atteindre !

Clé n°2 : Définir le périmètre

Le périmètre peut être choisi en fonction des impacts de la crise sur le travail, sur la performance, ou encore de remontées de vécus difficiles ou de dysfonctionnements particuliers. Ainsi, le retour d’expérience peut concerner l’entreprise dans son ensemble ou certains secteurs, processus, activités, modes d’organisation (par exemple, le télétravail confiné).
Dans tous les cas, le meilleur moyen de lui permettre d’aboutir est de définir son périmètre avec les parties prenantes !

Clé n°3 : Définir sur quoi va porter le retour d’expérience

Il est possible de se focaliser sur les situations qui ont posé problème, sur une activité-clé pour l’entreprise, ce qui a été fait différemment par rapport au fonctionnement habituel, ou encore les sujets que les salariés et/ou leurs représentants souhaitent évoquer en priorité. Le choix d’un angle de réalisation est en effet important pour retenir une méthode appropriée !

Clé n°4 : Associer le Comité social et économique (CSE)

La réalisation d’un retour d’expérience impliquant les représentants du personnel est l’opportunité de réamorcer ou nourrir le dialogue dans l’entreprise. Il s’agit de favoriser l’expression des parties prenantes et de les engager dans une démarche de co-construction pour la suite. Cela peut faire ressortir des évolutions qui nécessiteraient la consultation du CSE ou la négociation d’un accord d’entreprise.

Clé n°5 : Informer les salariés et l’encadrement

Un retour d’expérience ne doit pas être une recherche de responsabilité, ni un jugement sur les personnes, services, niveaux hiérarchiques. Il s’agit de comprendre ce qui a été fait, comment, et ce que cela a produit à différents niveaux – social, opérationnel et économique – dans une perspective d’amélioration. Il faut donc y associer toutes les parties prenantes, et de plus en expliquer l’esprit et le fonctionnement au préalable afin que celui-ci se déroule dans les meilleures conditions et que ses résultats soient positifs pour toutes et tous !

Pour organiser votre Retour d’expérience, n’hésitez pas à faire appel à un expert et spécialiste de l’écoute et du dialogue : tiers neutre et objectif, il sera le garant d’un processus efficace et moteur pour le projet collectif !

 

 

 

 

Toutes les actualités